Accueil Actualités

L’hydrogène vert : une force au service de la transition énergétique

Publié le 20 Avril 2024 - Mis à jour le 18 Avril 2024
BNP Paribas Asset Management

Dix ans après les débuts de la transition énergétique, les progrès accomplis sont manifestes. Les domaines dans lesquels des technologies plus propres sont facilement accessibles, comme les énergies renouvelables et les véhicules électriques, gagnent du terrain. Mais la transition énergétique passe par la décarbonation de tous les secteurs de l’économie, et pour certains d’entre eux, cela reste plus complexe à mettre en œuvre.

L’hydrogène vert pourrait-il être le moyen de faciliter la transition énergétique dans ces domaines difficiles d’accès ?

Faire progresser la transition énergétique

Les derniers résultats de l’indice sur la transition énergétique (ou ETI, pour Energy Transition Index) du Forum économique mondial, qui évalue les performances des systèmes énergétiques de 120 pays, révèlent des évolutions encourageantes. Au cours des dix dernières années, plus de 95 % des pays ont amélioré leur score ETI grâce à l’augmentation des investissements dans les énergies propres et à l’amélioration des cadres réglementaires. Si nous pouvons nous réjouir de constater que certains secteurs des énergies propres gagnent en maturité, il reste encore des défis majeurs à relever.

La transition énergétique ne consiste pas seulement à décarboner la production d’énergie, mais aussi à transformer le système énergétique au sens large par une électrification accrue, une plus grande efficacité énergétique, l’introduction de nouvelles technologies et une infrastructure décentralisée, ce qui comprend la manière dont nous distribuons et stockons l’énergie.

L’hydrogène vert dispose du potentiel nécessaire pour accélérer les progrès dans bon nombre de ces domaines, mais cet objectif ne pourra être atteint que si certains obstacles importants sont surmontés.

Un potentiel énergétique abondant et propre

L’hydrogène est l’élément le plus simple et le plus abondant de la planète, et il a la capacité de stocker et de fournir de grandes quantités d’énergie. L’hydrogène est toutefois rarement disponible à l’état moléculaire libre (H2) : on l’obtient en extrayant le composant hydrogène d’autres éléments chimiques, tels que le méthane et l’eau. Et c’est là que réside la difficulté.

Traditionnellement, les processus d’extraction émettent d’importantes quantités de carbone en raison de l’énergie utilisée dans les méthodes de production d’hydrogène « gris ». Mais en utilisant exclusivement des énergies propres >pour sa production, il est possible de former de l’hydrogène « vert ».

En tant que source d’énergie sans carbone, l’hydrogène vert présente des avantages indéniables par rapport aux autres sources d’énergie renouvelable. Il peut être transporté sur de grandes distances, stocké pendant de longues périodes et certaines infrastructures existantes de combustibles fossiles, telles que les gazoducs, peuvent être adaptées pour le transporter. Ce sont ces caractéristiques qui expliquent l’engouement pour ce gaz, car il peut être utilisé dans des zones où les énergies renouvelables n’ont eu que peu d’impact jusqu’à présent. 

De nouvelles applications pour l’hydrogène

Les utilisations possibles de l’hydrogène sont très variées. Actuellement, l’hydrogène est avant tout utilisé par l’industrie chimique pour la production d’ammoniac — base des engrais azotés — et le raffinage des produits pétroliers. Dans ce cas, le passage de l’hydrogène gris à l’hydrogène vert devrait être relativement simple. Dans d’autres applications industrielles, l’hydrogène vert pourrait remplacer le gaz naturel ou le charbon. Cela pourrait avoir des conséquences considérables pour les industries à forte consommation d’énergie telles que la sidérurgie et la cimenterie, et aurait un impact important sur la décarbonation de l’environnement bâti.

L’hydrogène offre également une alternative crédible à l’électrification pour réduire les émissions de carbone des transports longue distance, compte tenu de la taille et du coût des batteries requises à cet effet. Les piles à hydrogène, qui n’émettent que de la vapeur d’eau, offrent des possibilités d’autonomie nettement supérieures à celles des batteries lithium-ion, tout en étant plus légères et en occupant moins d’espace, ce qui constitue une option favorable pour le transport routier commercial de marchandises. L’hydrogène peut également servir de carburant propre pour les avions et les bateaux, là encore en raison de sa légèreté en comparaison des batteries. Toutefois, cette solution émergente n’en est encore qu’à ses balbutiements et il pourrait s’écouler un certain temps avant que des avions à hydrogène ne soient commercialisés.

Enfin, l’hydrogène est considéré comme une option viable pour le stockage de l’énergie à long terme. Associées à des sources d’énergie renouvelable, les piles à hydrogène stationnaires peuvent être utilisées pour équilibrer l’offre en cas de pic de la demande ou pour compléter un approvisionnement solaire moins fiable pendant les mois d’hiver plus sombres.

Surmonter les obstacles à la croissance

Face à tant d’applications intéressantes, pourquoi l’hydrogène vert n’est-il pas plus largement utilisé aujourd’hui ? Cela tient à trois facteurs : l’approvisionnement, l’infrastructure et le coût.

Le manque d’approvisionnement est le premier obstacle. Aujourd’hui, moins de 5 % de la production mondiale d’hydrogène est verte. Pour répondre à la demande attendue, le système de l’hydrogène vert aura besoin de nouvelles usines de production, de sources d’énergie propre abondantes, d’infrastructures de transport/de canalisations spécifiques ou réaffectées et d’infrastructures de stockage. Mais le principal obstacle qui ralentit l’adoption de l’hydrogène vert reste son coût. Aujourd’hui, l’hydrogène vert coûte 2 à 3 fois plus cher que l’hydrogène gris. Mais comme l’électricité représente une grande partie de son coût de production, la baisse des coûts de l’énergie renouvelable réduira rapidement cet écart. Grâce à des sites de production plus importants, à la normalisation des modèles et à l’expérience des premiers utilisateurs, l’hydrogène vert pourrait être moins cher que l’hydrogène gris d’ici à la fin de la décennie.

Pour parvenir à ce résultat, il faudra un soutien massif du secteur public comme du secteur privé, mais des mesures importantes ont déjà été prises. Quelque 680 projets d’hydrogène à grande échelle, équivalent à 240 milliards d’USD, ont été planifiés pour 2030 et ce nombre augmentera encore grâce à un soutien gouvernemental fort. Par exemple, la loi sur la réduction de l’inflation de l’administration Biden offre un crédit d’impôt de 3 USD par kilo d’hydrogène vert, ce qui rendra immédiatement l’hydrogène vert beaucoup plus compétitif. La Chine a quant à elle ouvert la plus grande station d’hydrogène du monde en 2021 et a classé l’hydrogène parmi ses « six industries de l’avenir ».

Investir dans l’économie de l’hydrogène

Parce qu’il pourrait permettre de réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre d’un tiers au cours des prochaines décennies, l’hydrogène vert est une voie évidente vers un avenir sans émission de carbone. Et cette nouvelle tendance de l’hydrogène vert offre de nombreuses opportunités aux investisseurs. Chez BNP Paribas Asset Management, notre stratégie axée sur la transition énergétique investit principalement dans des entreprises qui fournissent des technologies ou des services destinés à faciliter l’efficacité énergétique et la décarbonation. Notre groupe des Stratégies environnementales considère que l’hydrogène vert sera le fer de lance de la transition vers une économie sobre en carbone et reste aujourd’hui l’une de ses plus fortes convictions, d’autant plus que le soutien des institutions publiques devrait contribuer à réduire le risque des projets et à renforcer leurs perspectives de croissance à long terme.


Cet article a été réalisé par BNP Paribas Asset Management.

Avertissement

Veuillez noter que les articles peuvent contenir des termes techniques. Pour cette raison, ils peuvent ne pas convenir aux lecteurs qui n'ont pas d'expérience professionnelle en matière d'investissement. Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur à la date de la publication, sont fondées sur les informations disponibles et sont susceptibles de changer sans préavis. Les équipes de gestion de portefeuille peuvent avoir des opinions différentes et prendre des décisions d’investissement différentes pour différents clients. Le présent document ne constitue pas un conseil en investissement. La valeur des investissements et les revenus qu’ils génèrent peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse, et les investisseurs sont susceptibles de ne pas récupérer leur investissement initial. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Les investissements sur les marchés émergents ou dans des secteurs spécialisés ou restreints sont susceptibles d'afficher une volatilité supérieure à la moyenne en raison d'un haut degré de concentration, d'incertitudes accrues résultant de la moindre quantité d'informations disponibles, de la moindre liquidité ou d'une plus grande sensibilité aux changements des conditions de marché (conditions sociales, politiques et économiques). Pour cette raison, les services de transactions de portefeuille, de liquidation et de conservation pour le compte de fonds investis sur les marchés émergents peuvent être plus risqués. Les actifs privés sont des opportunités d'investissement qui sont absentes des marchés publics, comme les bourses de valeurs mobilières. Ils permettent aux investisseurs de s’exposer de manière directe à des thèmes d'investissement à long terme et donnent accès à des secteurs ou industries spécialisés, comme les infrastructures, l'immobilier, le private equity et d'autres solutions alternatives difficilement accessibles via des moyens traditionnels. Les actifs privés doivent toutefois faire l’objet d'une approche rigoureuse en raison d'un niveau d'investissement minimum souvent élevé, d’une complexité accrue et d'une forte illiquidité.

Risque lié à la prise en compte de critères ESG : l'absence de définitions et de labels communs ou harmonisés concernant les critères ESG et de durabilité au niveau européen peut entraîner des approches différentes de la part des sociétés de gestion lors de la définition des objectifs ESG. Cela signifie également qu'il peut être difficile de comparer des stratégies intégrant des critères ESG et de durabilité dans la mesure où la sélection et les pondérations appliquées à certains investissements peuvent être basées sur des indicateurs qui peuvent partager le même nom mais ont des significations sous-jacentes différentes. Lors de l'évaluation d'un titre sur la base de critères ESG et de durabilité, la société de gestion peut également utiliser des sources de données fournies par des prestataires de recherche ESG externes. Compte tenu de la nature évolutive de l'ESG, ces sources de données peuvent pour le moment être incomplètes, inexactes ou indisponibles L'application de normes de conduite responsable des affaires ainsi que de critères ESG et de durabilité dans le processus d'investissement peut conduire à l'exclusion des titres de certains émetteurs. Par conséquent, la performance du FCP peut parfois être meilleure ou moins bonne que la performance d’OPC dont la stratégie est similaire.

Restez informés

Je souhaite recevoir mensuellement les actualités BNP Paribas Banque Privée sur l’investissement

Votre inscription à la newsletter

Nous vous en remercions et espérons que cette newsletter vous donnera entière satisfaction.Après avoir accepté via le bouton ci-dessus, vous aller recevoir un mail de confirmation. La bonne réception de ce message vous assurera de celle des suivants.


En cliquant sur j’accepte, vous donnez votre consentement pour que BNP Paribas, responsable de traitement, utilise votre adresse email ci-dessus afin de vous adresser par email une fois par mois les actualités BNP Paribas Banque Privée sur l’investissement.

Vous pouvez retirer à tout moment votre consentement grâce au lien intégré dans nos communications ou en exerçant vos droits sur mabanqueprivee.bnpparibas. Votre adresse email est conservée pour la durée de l’abonnement et supprimée automatiquement au bout de 2 ans à compter du dernier contact à votre initiative. Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, à la portabilité de vos données ainsi que du droit à la limitation du traitement de vos données. Vous disposez également du droit de définir des directives relatives à la conservation, l’effacement ou la communication de vos données personnelles, applicables après votre décès. Les informations sur les traitements de vos données personnelles et comment exercer vos droits figurent dans la Notice Protection des Données Personnelles [Notice_Protection_Donnees_Personnelles.pdf (mabanqueprivee.bnpparibas)]